Jump to content

Hommage à Johnny à l’Accor Arena : un show digne de la légende


Skorpio
 Share

Recommended Posts

Hommage à Johnny à l’Accor Arena : un show digne de la légende

 

Catherine Ringer, Florent Pagny, Patrick Fiori, Yodelice, Louis Bertignac et beaucoup d’autres ont interprété, devant 9 000 spectateurs réunis ce mardi soir à Bercy, un florilège des plus grands tubes du « Taulier ».

Dès que Johnny est réapparu sur les écrans, un frisson a parcouru les gradins de l’Accor Arena, remplie pour sa réouverture (LP / Emmanuel Marolle).
Dès que Johnny est réapparu sur les écrans, un frisson a parcouru les gradins de l’Accor Arena, remplie pour sa réouverture (LP / Emmanuel Marolle).

« C’est l’événement musical de la rentrée », lâche Michel Drucker en lançant ce mardi soir le concert hommage à Johnny Hallyday. Les 9 000 spectateurs de l’Accor Arena ne lui diront pas le contraire. Depuis le matin, la plupart sont à Bercy pour rendre hommage à leur Johnny, qui a désormais une esplanade à son nom devant la salle de spectacles.

Les techniciens, musiciens, chanteurs et chanteuses, eux, répètent depuis trois jours dans la salle. Comme l’a dit Yvan Cassar, qui dirige la partie symphonique du show : face à une telle légende, « il faut être à la hauteur ». Qui mieux que Johnny, d’ailleurs, pour ouvrir le bal avec la chanson préférée de Laeticia, « Je te promets », chantée en direct avec un grand orchestre. Les fans sont rassurés : pas d’hologramme à la place du « taulier », juste des vidéos d’archives diffusées sur un immense écran qui occupe toute la largeur de la scène. Il y en aura souvent pendant le show.

Une version démente de « Gabrielle » par Catherine Ringer

Dès que Johnny réapparaît et parle, un frisson parcourt l’Accor Arena, remplie pour sa réouverture. Les spectateurs sont assis et ont très souvent tombé le masque qui, ce soir, n’est que « recommandé ». Le passe sanitaire avait beau, lui, être obligatoire, ces visages découverts semblent avoir suscité pas mal de réactions indignées des téléspectateurs de France 2, qui diffuse le concert en direct.

Les spectateurs, parmi lesquels a pris place Brigitte Macron, Première dame et amie de Laeticia, sont moins regardants. On voit leurs larges sourires quand leur idole leur lance : « Vous faites partie de ma vie. Johnny Hallyday n’existerait pas sans vous. » Gaëtan Roussel les fait lever le premier avec une version énergique de « Noir, c’est noir », Catherine Ringer les fait bondir et les électrise avec une reprise démente de « Gabrielle ».

Le fort volume des trois guitaristes, Yarol Poupaud, Louis Bertignac et Robin Le Mesurier, sur une reprise de « Hey Joe » d’Hendrix, les fait rugir de bonheur. Tout comme « Ma gueule » par Florent Pagny et un Kad Merad très en voix et en progrès. Patrick Fiori les fait chanter avec une puissante version symphonique de « Que je t’aime » et Yarol Poupaud avec une version instrumentale d’ « Allumer le feu » composée par Pascal Obispo.

La déclaration d’amour de Yodelice

Ce dernier, ami de longue date de David Hallyday, a finalement décliné l’invitation. Tout comme le fils de Johnny. Dommage ! On aurait adoré voir ce dernier lui chanter « Sang pour sang », qu’il avait écrite pour lui, même si Amir s’en tire bien. Chapeau aussi à Adrien Gallo, le chanteur des BB brunes, qui a remplacé à la dernière minute Julien Doré - cas contact - sur « L’idole des jeunes ».

Dans un registre plus calme, Christophe Mae offre une jolie version de « Je te promets », même si on peut regretter d’entendre deux fois la même chanson parmi plus d’un millier dans un répertoire aussi riche. Mais on ne peut qu’applaudir le retour de Yodelice, qui avait disparu depuis la sortie de l’ultime disque de Johnny, qu’il avait composé et réalisé. Le deuil était trop lourd pour celui qui était devenu un fils spirituel pour Johnny.

Sa version de « Te manquer », les yeux fermés, sur le fil de l’émotion, est une magnifique déclaration d’amour avant le collégial final sur « La musique que j’aime » puis « La quête », l’inaccessible étoile de Brel que Johnny était l’un des rares à pouvoir atteindre. Si la statue installée dans la matinée devant Bercy en hommage au chanteur divise les fans, ce vibrant hommage de plus de deux heures, élégant et rythmé, les réunit. Ils applaudissent longuement Johnny qui apparaît une dernière fois. « Je ne vous oublierai jamais ». Eux non plus.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.